Ce site est le complément interactif du livre de Gilles Gauvin et Fabrice Urbatro : "Les grandes dates de l'histoire de La Réunion" (Epsilon éditions, 2013).

Les grandes dates de l'histoire de La Réunion
En savoir plus

1986 : Pierre Lagourgue président de la Région

Fils du directeur de l’usine de La Mare, Pierre Lagourgue s’engage en politique en 1958. De 1967 à 1982 il préside d’ailleurs le Conseil général en essayant de proposer une troisième voie entre le Parti Communiste Réunionnais qui réclame « l’autonomie démocratique et populaire » et la droite fidèle à Michel Debré. Si Lagourgue considère l’élection de l’ancien Premier ministre en 1963 comme une chance pour La Réunion, il n’hésite pas à affirmer sa totale indépendance de vue. De 1986 à 1992 il préside d’ailleurs le Conseil régional dans une majorité partagée avec Camille Sudre (Freedom) et Paul Vergès (PCR). La politique qu’il a mise en œuvre, en particulier dans le domaine des constructions scolaires, a fortement contribué au développement local. Son nom est aujourd’hui porté par l’Hôtel de Région.

JOUER

MOTS CLES :
UDF
Centriste
Election à la proportionnelle
Ouverture politique
Conseil régional

UDF

Union pour la démocratie française. Fédération de partis politiques français fondée en 1978 par Valéry Giscard d’Estaing, alors président de la République.
Sur l’échiquier politique français l’UDF se situe, de par ses origines au centre-droit. Giscard d’Estaing cherchait ainsi à pérenniser un courant politique ne se revendiquant ni de la gauche ni de la traditionnelle droite gaulliste qui avait exercé le pouvoir jusqu’en 1974.

Suite à l’élection présidentielle de 2007, François BAYROU, candidat de l’UDF, décide de créer le MoDem (mouvement démocrate) afin de marquer l’indépendance du mouvement centriste par rapport à la majorité du président Nicolas Sarkozy. Après l’échec de BAYROU à la présidentielle de 2012, le centriste Jean-Louis BORLOO, ancien ministre du Gouvernement sortant, décide de lancer un nouveau parti centriste : l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI).

UDF

De gauche à droite : Valéry Giscard d’Estaing (UDF), François Bayrou (MoDem), Jean-Louis Borloo (UDI)
(sources wikimédia commons. Images libres de droit. Nom de l’auteur photo Bayrou : Legermi, 2007)

Centriste

Homme ou femme politique se revendiquant d’une troisième voie, « apaisée » entre les traditionnels partis de gouvernement (UMP à droite et PS à gauche). Les centristes se définissent comme des humanistes (attachés aux valeurs humaines), pragmatiques (s’adaptant au réel et non guidés par des idéologies) et attachés au libéralisme social (économie de marché prenant en compte la notion de solidarité).

La Réunion a compté trois grandes personnalités centristes (de gauche à droite sur la photo) :

Centristes

Raymond Barre, premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing
Jean-Louis Lagourgue
Jean-Paul Virapoullé

Election à la proportionnelle

Election dans laquelle on obtient un nombre d’élus proportionnel au résultat obtenu.
C’est le principe du vote aux élections municipales en France. On choisit une liste, composée de nombreux candidat(e)s. Chaque liste obtient un nombre de conseillers proportionnel à son résultat et tous les conseillers élus réunis élisent ensuite le maire.
Son avantage principal est de permettre une meilleure représentation de tous les courants d’opinion. Son inconvénient principal est de rendre parfois difficile la formation d’une majorité stable car il faut souvent réaliser des coalitions. Ce fut par exemple un des problèmes de la IVe République car les élections législatives se faisaient au scrutin proportionnel.

L’autre type de scrutin, le plus répandu en France, est le SCRUTIN MAJORITAIRE : c’est le candidat qui a obtenu la majorité des voix (la moitié plus une) qui est élu. On est élu avec la majorité absolue au 1er tour et si ce n’est pas le cas avec la majorité relative (le plus de voix) au second tour.
L’élection du Président de la République en France se fait ainsi au scrutin majoritaire.
Son avantage principal est d’amplifier les victoires et de donner une majorité stable. C’est pour cela qu’il avait été choisi par le général de Gaulle pour les élections législatives lorsqu’il a instauré la Ve République en 1958. Son inconvénient principal est de ne pas assurer une représentation fidèle de toutes les tendances du corps électoral.

Ouverture politique

Dans le domaine politique il s’agit pour un parti en position dominante et/ou pour le gouvernement de proposer à des représentants de tendances minoritaires de participer aux décisions et à l’action de la majorité.

Sous la Ve République, le gouvernement de Michel Rocard (1988-1991), sous la présidence socialiste de François Mitterrand, accueillit par exemples des ministres issus de l’UDF, parti traditionnellement associé à la droite gaulliste. Le président Nicolas Sarkozy (2007-2012) sollicita de la même façon des personnalités proches du parti socialiste pour occuper des ministères. Cette pratique, finalement rare, est vue par les uns comme une volonté de rassemblement national et par les autres comme un « débauchage » destiné à discréditer l’action de l’opposition au gouvernement.

Conseil régional

Collectivité territoriale qui dispose d’une assemblée élue au suffrage universel direct, pour 6 ans, dirigée par un Président, et qui gère les affaires de chacune des 27 régions du territoire français.

Le découpage administratif de ces territoires date de 1956, mais c’est en 1972 que les conseils régionaux apparaissent en tant qu’établissements publics. En 1982, l’Etat décentralise un certain nombre de compétences à ces Etablissements Publics Régionaux (ainsi la gestion matérielle des lycées et la formation professionnelle) qui deviennent en 1986 des collectivités territoriales.

logo région

Logotype de la Région Réunion

Haut de page

Pour en savoir plus :

• COMBEAU Yvan, MAESTRI Edmond, Histoire de La Réunion de la colonie à la région, Nathan, 2002.
• COMBEAU Yvan, La vie politique à La Réunion. 1963-1983, SEDES-Université de La Réunion, 2003.
• COMBEAU Yvan (dir.), L’île de La Réunion dans le XXe siècle. Un itinéraire français dans l’océan Indien. Colonie. Département. Région, CRESOI-Université de La Réunion, 2009.
• GAUVIN Gilles, Michel Debré et l’île de La Réunion : une certaine idée de la plus grande France, Septentrion, 2006.
• MAESTRI Edmond, NOMDEDEU-MAESTRI, Chronologie de La Réunion. De la départementalisation à la loi d’orientation, CRESOI-SEDES, 2001.
• VAXELAIRE Daniel, Le grand livre de l’histoire de La Réunion, vol.2 de 1848 à l’an 2000, Orphie Editions, 2009.

Sites internet
Site du conseil régional de La Réunion
Site du conseil général de La Réunion
Le Boucan (portail de l’histoire de La Réunion)

Haut de page