Ce site est le complément interactif du livre de Gilles Gauvin et Fabrice Urbatro : "Les grandes dates de l'histoire de La Réunion" (Epsilon éditions, 2013).

Les grandes dates de l'histoire de La Réunion
En savoir plus

1981 : naissance de Radio Freedom

Dans les années 1970, le paysage médiatique de La Réunion est marqué encore plus que celui de la Métropole par le monopole d’une station télé et radio au service du gouvernement. Il faut dire que localement s’affrontent le Parti Communiste Réunionnais de Paul Vergès, qui revendique l’autonomie, et les départementalistes conduits par le député Michel Debré. C’est dans ce contexte que le médecin Camille Sudre lance en 1981 Radio Freedom qu’il présente comme « la radio des libertés ». Offrant une grande liberté d’expression à travers ses « radio doléances » et des programmes nouveaux, la radio conquiert rapidement le public. Cependant, l’installation illégale d’une télévision aboutit en 1991 à de violentes émeutes dans le quartier du Chaudron à Saint-Denis. Néanmoins Camille Sudre, porté par sa popularité, réussit en 1992 à devenir président de la Région.

JOUER

MOTS CLES :
ORTF
Radio doléances
CSA
Emeutes du Chaudron
Sudre

ORTF

Office de la radio-télévision française. Créé par le gouvernement gaulliste en 1964 pour réorganiser la radio et la télévision, alors monopoles d’Etat. Il disparait en 1974, éclaté entre sept sociétés autonomes dont une de production, la SFP (société française de production) et trois de programmes pour la télévision (TF1, Antenne 2, FR3).

Radio doléances

Emission radiophonique proposée par Freedom et qui permet à la population réunionnaise d’intervenir sur tous les sujets en s’exprimant aussi bien en français qu’en créole

Cette émission, qui parfois donne lieu à certains débordements, est une des clés de voute du succès de cette première radio libre réunionnaise, dans un paysage médiatique qui, jusqu’en 1981, était cadenassé par le pouvoir. Son importante est telle qu’aujourd’hui, certaines personnes ont le réflexe d’appeler radio Freedom avant même les autorités compétentes lorsqu’elles assistent à un accident ou à un fait divers.
A noter cependant que les premières émissions radiophoniques interactives autour de l’actualité sont dues à Kanal océan Indien (KOI), proche du Parti communiste réunionnais avec l’émission « Alon kosé » de José Macarty.

CSA

Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) dont les membres sont désignés par les représentants de l’Exécutif (3 par le Président de la République, 3 par celui de l’Assemblée nationale et 3 par celui du Sénat).

Il a été créé le 17 janvier 1989, en remplacement de la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL) avec pour missions relativement larges qui vont de la protection des mineurs, au respect de la pluralité et de l’égalité lors des campagnes électorales, en passant par la défense de la langue et de la culture française ou une meilleure accessibilité aux personnes handicapées.

Emeutes du Chaudron

Emeutes urbaines qui ont lieu en février et mars 1991 dans le quartier du Chaudron à St-Denis.
L’interdiction d’émettre imposée à télé Freedom par le CSA est le prétexte à ces événements dont la cause profonde est la situation sociale et économique très difficile dont les jeunes du quartier sont les premières victimes. Ce quartier populaire de la capitale réunionnaise avait déjà été le lieu de violences urbaines en 1973 et le fut à nouveau en 2012, après une manifestation de transporteurs. Les émeutes de 1991 eurent cependant un écho médiatique national important du fait des morts provoqués parmi les émeutiers lors de l’incendie d’un magasin pillé, puis de la venue de Danielle Mitterrand, épouse du chef de l’Etat qui met à mal le gouvernement de Michel Rocard dans sa gestion de la crise.

Lire des extraits de : « Aux origines de radio et télé freedom », communication de Bernard IDELSON, maître de conférences en science de l’information et de la communication à l’Université de La Réunion.

Sudre

Camille Sudre et Margie Sudre sont deux acteurs importants de la vie politique réunionnaise depuis les années 1980.

Haut de page

Pour en savoir plus :

• COMBEAU Yvan, MAESTRI Edmond, Histoire de La Réunion de la colonie à la région, Nathan, 2002.
• COMBEAU Yvan, La vie politique à La Réunion. 1963-1983, SEDES-Université de La Réunion, 2003.
• COMBEAU Yvan (dir.), L’île de La Réunion dans le XXe siècle. Un itinéraire français dans l’océan Indien. Colonie. Département. Région, CRESOI-Université de La Réunion, 2009.
• GAUVIN Gilles, Michel Debré et l’île de La Réunion : une certaine idée de la plus grande France, Septentrion, 2006.
• MAESTRI Edmond, NOMDEDEU-MAESTRI, Chronologie de La Réunion. De la départementalisation à la loi d’orientation, CRESOI-SEDES, 2001.
• VAXELAIRE Daniel, Le grand livre de l’histoire de La Réunion, vol.2 de 1848 à l’an 2000, Orphie Editions, 2009.

Sur la presse à La Réunion
• IDELSON Bernard, Histoire des médias à La Réunion de 1946 à nos jours, Université de La Réunion – Le publieur, 2006.
• PONTUS Arnaud, Le phénomène Freedom à l’île de La Réunion. Médias et politiques, Editions Simone Sudre, 1995.
• TECHER Karine, SERVIABLE Mario, Histoire de la presse à La Réunion, ARS Terres Créoles, 1991.

Sur Margie Sudre
• SUDRE Margie, Du Mekong au quai d’Orsay, Flammarion, 1998.

Sites internet
Site du CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel)
Le Boucan (portail de l’histoire de La Réunion)

Haut de page